5 Mars 2006, à la cathédrale de Coutances


Le Père Jean Rochelle, curé de la cathédrale à cette époque, m'a demandé de faire un projet pour habiller les niches vides d'une chapelle de la cathédrale, où il souhaitait célébrer le sacrement de Réconciliation .
Le Père Rochelle et Fabien* m'ont fait cette demande après avoir vu les peintures réalisées autour du baptistère de Donville. Les symboles du baptême étaient plus aisés à traduire en peinture ( lumière, eau, accueil de la communauté….)

Ici, il m 'a paru évident qu'il était nécessaire d'intégrer du texte pour aider à la démarche intérieure de celui qui vient recevoir le sacrement.
Pour éviter de choisir des mots qui auraient pu être en ordre dispersé, et après avoir réfléchi au carmel de Saint Sever, échangé avec les sœurs, nous avons choisi un texte de la tradition de l' Eglise, d'après la liturgie de la Pentecôte :
le Veni Sancte Spiritus. Chacune des strophes offrant un ou plusieurs mots importants du chemin spirituel.
Ce texte exprime un appel, un cri, qui rejoignent ceux que l'on éprouve en demandant le sacrement de Réconciliation.

Photos de Yann CARON

Vous remarquerez que dès le premier panneau comme dans le Veni Sancte, un rayon de lumière est présent, puisque c'est Dieu lui-même qui suscite en nous toutes nos démarches vers Lui.
Ce rayon de lumière ne cesse de grandir et d'habiter celui qui le reçoit, comme j'ai souhaité le montrer avec la place qu'il occupe dans l'évolution des panneaux.

Pour traduire plastiquement ce chemin intérieur, j'ai travaillé autour de 3 axes :
1 - l'harmonie colorée, en utilisant pour les premiers panneaux, des couleurs chaudes, violentes, contrastées (rouge, noir, vert sombre, bruns ) qui vont s'adoucir, s'éclaircir, en étant de plus en plus lumineuses
2 - les lignes et les rythmes. Au cours des différents panneaux les horizontales et les verticales qui évoquent la paix, le calme, ont remplacé les obliques, synonymes de violence et de tumulte
3 - le support. J'ai voulu donner du relief aux premiers panneaux, avec des épaisseurs, des rugosités, des embûches, qui vont s'estomper et laisser la place à des surfaces lisses, unifiées.
Autre élément des plus importants : le texte : papier déchiré pour les premiers panneaux puis, découpés soigneusement pour les derniers. Le texte imprimé est plus ou moins visible, avec des mots mis en avant et repris en peinture.
Les strophes se déroulent dans le sens de la lecture.

Je suis heureuse d'avoir eu l'occasion de mettre le talent que j'ai reçu dans une réalisation qui puisse si possible aider au cheminement de ceux qui viendront.

Monique MANSOIS

* NDLR : Fabien Le Cam, prêtre à la Paroisse N-D de Coutances jusqu'en juillet 2006 et ancien élève de Mme Mansois