dimanche 13 janvier 2008. La Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié à Coutances
Le dimanche 13 janvier dernier avait lieu la Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié de l'Eglise Catholique. A Coutances, les célébrations dominicales ont été animées avec le concours des membres de l'équipe locale de la Pastorale des Migrants. Un buffet convivial a ensuite regroupé, à l'Espace Jeunes, des familles étrangères et des Coutançais.

Les célébrations dominicales:

La Journée Mondiale, en 2008, a mis l'accent sur la place des jeunes migrants qui vivent près de nous avec ou sans leur famille. Le pape Benoit XVI invitait, à cette occasion, les jeunes de tous pays à partager leurs richesses, leurs trésors. Les cultures différentes des jeunes ne doivent pas générer le rejet, l'exclusion, l'affrontement, mais, au contraire, enrichir les uns et les autres de leur diversité.

Les célébrations ont permis d'attirer l'attention sur les difficultés que rencontrent les Migrants et les Réfugiés qui vivent près de nous. Elles ont été l'occasion, comme l'a souligné Mgr Lalanne, lors de la conférence de presse qui a eu lieu quelques jours auparavant « d'obliger les chrétiens à réfléchir sur la question des migrants, à avoir le souci de ceux qui sont dans la précarité, à s'interroger sur la place de l'étranger au sein de la communauté chrétienne et à voir ses richesses car nous avons des dons à partager ».

Rencontre et repas convivial à l'Espace Jeunes:

A partir de 12h30, des familles originaires d'Azerbaîdjan, du Kosovo, d'Arménie et les membres de l'équipe locale de la Pastorale des Migrants se sont retrouvés avec des coutançais pour partager un repas constitué de spécialités salées ou sucrées apportées par les uns et les autres. Une quarantaine de personnes ont vécu un moment de convivialité à l'Espace Jeunes.

Cette rencontre a permis d'échanger avec des personnes qui ont dû quitter leur pays et vivent à Coutances avec leur famille. Ils ont obtenu le statut de demandeur d'asile et ont été amenés à s'installer à Coutances par le biais de l'association France Terre d'Asile. Elles ont dû fuir leur pays et tout laisser là bas parce qu'elles étaient menacées pour des raisons politiques. Les enfants qui les accompagnaient sont scolarisés à Coutances. Ils sont bien intégrés dans les écoles, les collèges et lycées qu'ils fréquentent.
Tous ont dû apprendre le français. Ils apprécient l'aide des associations qui leur permettent de vivre au quotidien. En effet, les demandeurs d'asile n'ont pas le droit de travailler. Pour ces personnes qui ont des compétences et un métier c'est dur de devoir être assisté et de ne pas pouvoir travailler pour avoir un revenu pour vivre et faire vivre leur famille. La menace d'être renvoyés crée du stress. Elles ont apprécié la présence de coutançais qui se mobilisent-quelles que soient leurs convictions- pour faire respecter des valeurs qu'elles ont en commun: la démocratie, le respect des droits de l'Homme, la solidarité. La rencontre a, en effet, réuni de nombreux membres de différentes associations locales, dont beaucoup se sont soudés lors du combat pour la régularisation d'une famille Ukrainienne.

Louis GASTEBOIS, membre de l'équipe locale de la Pastorale des Migrants.