jmj 2008 : Journées mondiales de la jeunesse - Sydney - Australie

Homélie de la messe d’ouverture des JMJ (début)

Lancement des JMJ à Sydney le mardi 15 juillet 2008, par le Cardinal George Pell, Archevêque de Sydney:


"Ne vivez pas votre vie sans prendre position, mais posez des choix car seul l’engagement apporte la plénitude. Nous parvenons au bonheur en répondant à nos obligations, en faisant notre devoir, en particulier en nous engageant dans les petites choses et de manière régulière pour pouvoir ensuite relever les défis plus grands."
Nous savons tous que le Christ notre Seigneur est souvent décrit comme le Bon Berger du psaume d’aujourd’hui. Il nous est dit qu’il nous mène vers les eaux tranquilles, qu’il nous fait revivre et qu’il nous permet de reposer en paix.

Utilisant un jour cette image, Jésus expliqua qu’un tel berger était prêt à laisser quatre-vingt-dix-neuf brebis pour partir à la recherche de la centième égarée.

De nos jours, il existe peu de pays où un berger possède un troupeau de seulement 20 ou 30 brebis et, en Australie, où les fermes sont vastes et les troupeaux immenses, le conseil de notre Seigneur n’est pas très pratique. Si la brebis égarée a de la valeur et est en bonne santé, il est possible que cela vaille la peine d’aller la chercher. Plus souvent cependant, elle est abandonnée ou son absence n’est même pas remarquée.

Jésus rappelait que Lui et Son Père ne sont pas ainsi parce qu’Il connaît chacune de ses brebis et, comme un bon père, Il part à la recherche de la brebis égarée qu’il aime, en particulier si elle est malade, qu’elle a des problèmes ou qu’elle est incapable de s’aider elle-même.

Un peu plus tôt, je vous ai tous souhaité la bienvenue pour cette semaine des Journées Mondiales de la Jeunesse et je renouvelle maintenant cette bienvenue. Je ne commence pas cependant par les quatre-vingt-dix neuf brebis bien portantes, ceux d’entre vous déjà ouverts à l’action de l’Esprit, peut-être même déjà témoins fidèles de la foi et de la charité. Je commence par accueillir et encourager tous ceux, où qu’ils soient, qui se considèrent égarés, en détresse profonde, sans espérance ou même épuisés.

Jeunes et vieux, hommes et femmes, le Christ continue d’appeler ceux qui souffrent à venir à lui pour être guéris, comme il le fait depuis deux mille ans. La cause de la blessure est quelque chose de secondaire, qu’il s’agisse de la drogue ou de l’alcool, des divisions familiales, des désirs de la chair, de la solitude ou de la mort. Peut-être même de la vacuité du succès.

L’appel du Christ s’adresse à tous ceux qui souffrent, pas seulement aux catholiques ou aux autres chrétiens, mais en particulier à ceux qui n’ont pas de religion. Le Christ vous appelle à revenir à la maison c’est-à-dire à l’amour, à la guérison et à la vie communautaire...

lire la suite sur le site croire.com

Homélie de la messe de clôture par le pape Benoit XVI à Randwick

Un texte qui invite les jeunes à être " la voix concordante de l'humanité"

"Chers jeunes, laissez-moi maintenant vous poser une question. Et vous, qu’allez-vous laisser à la prochaine génération ? Bâtissez-vous votre vie sur des fondations solides, construisez-vous quelque chose qui perdurera ? Vivez-vous votre vie de manière à laisser la place à l’Esprit au milieu d’un monde qui veut oublier Dieu, voire le rejeter au nom d’une fausse conception de la liberté ? Comment utilisez-vous les dons que vous avez reçus, la « force » que l’Esprit Saint s’apprête à libérer en vous ? Quel héritage allez-vous transmettre à la jeune génération à venir ? Quelle différence allez-vous faire ?
La force de l’Esprit Saint ne fait pas que nous éclairer et nous consoler. Elle nous indique aussi le futur, la venue du Royaume de Dieu. Quelle magnifique vision d’une humanité rachetée et renouvelée pouvons-nous voir dans le nouvel âge promis par l’Évangile d’aujourd’hui ! Saint Luc nous dit que Jésus-Christ est l’accomplissement de toutes les promesses de Dieu, le Messie qui possède pleinement l’Esprit-Saint afin de le répandre sur tous les hommes. L’effusion de l’Esprit du Christ sur l’humanité est une promesse d’espérance et de délivrance de tout ce qui nous appauvrit. Elle rend aux aveugles la vue ; libère les opprimés, et crée l’unité dans et à travers la diversité (cf. Luc 4,18-19; Is 61,1-2). Cette force peut créer un monde nouveau : elle peut « renouveler la face de la terre » (cf. Ps 104,30) !
Ayant reçu la force de l’Esprit, et s’appuyant sur la riche vision de la foi, une nouvelle génération de chrétiens est appelée à construire un monde dans lequel le don de la vie de Dieu est accueilli, respecté et chéri – et non rejeté, craint comme une menace et détruit. Un nouvel âge dans lequel l’amour n’est pas cupide ni égoïste, mais pur, fidèle et authentiquement libre, ouvert aux autres, respectueux de leur dignité, cherchant leur bien, rayonnant de joie et de beauté. Un nouvel âge dans lequel l’espérance nous libère de la superficialité, de l’apathie et de l’égocentrisme qui affaiblissent nos âmes et empoisonnent nos relations. Chers jeunes amis, le Seigneur vous demande d’être les prophètes de ce nouvel âge, les messagers de son amour, attirant les hommes vers le Père et construisant un futur rempli d’espérance pour l’humanité entière.
Le monde a besoin de ce renouveau ! Dans tant de nos sociétés, parallèlement à la prospérité matérielle, se répand le désert spirituel : un vide intérieur, une peur indéfinissable, un sentiment caché de désespoir. Combien de nos contemporains se sont creusé des citernes lézardées et vides (cf. Jr 2:13) dans leur quête désespérée de sens – le sens ultime que seul l’amour peut donner ? C’est le grand don libérateur que nous apporte l’Évangile : il révèle notre dignité d’hommes et de femmes créés à l’image de Dieu et à sa ressemblance. Il révèle la sublime vocation de l’humanité : trouver la plénitude dans l’amour. Il révèle la vérité sur l’homme et la vérité sur la vie.
L’Église aussi a besoin de ce renouveau ! Elle a besoin de votre foi, de votre idéalisme et de votre générosité afin de pouvoir rester jeune dans l’Esprit (cf. Lumen Gentium, 4) !..."

lire l'intégralité de cette homélie sur le site croire.com