Vous êtes en page "cambernon"

Notre-Dame de Coutances
(XIVè siècle)

Photo Eric Pouhier
Photo Eric Pouhier
Accueil
Présentation
Contacter...
Horaires-Calendrier
Services
Plan de Coutances
Le Baptême :
Au fil des jours...
Documents
Brèves
La cathédrale
Rechercher...
Questions ouvertes
Forum
la paroisse en images
... en images

Photos cathédrale

Liens

cathédrale ouverte du mardi au vendredi de 8h00 à 19h00 (18h00 l'hiver) et les samedi, dimanche, lundi de 9h00 à 19h00 (18h00 l'hiver)


Vous cherchez l'horaire des messes dans un lieu de France ?

cliquez

Donnez à l'Eglise
Denier de l'Eglise

PAROISSE NOTRE-DAME DE COUTANCES
Diocèse de Coutances et Avranches
Département de la Manche

... en images

 

 

2. Cambernon, commune de 698 habitants.

Photo JCL

 

 

 

église ouverte chaque jour de 8h30 à 18h30

Notre-Dame en l'Assomption, de Cambernon
«Une fois, dans quelque vieux document, nous avons trouvé cette dénomination du " patronage " de notre paroisse, la plupart sous le titre de " NOTRE.-DAME de CAMBERNON ". Et nous le savons bien, nous célébrons ce patronage le jour du 15 août.
C'est donc de temps immémorial avec notre voisine la cité épiscopale que la paroisse célèbre la Vierge en son mystère de l'Assomption, le 15 août.

Par bonheur, nous est restée, comme la meilleure offrande, la belle statue que fit un inconnu, artisan de notre terroir. Notre-Dame de Cambernon, car c'est bien d'elle qu'il s'agit, est en effet douée d'une puissante individualité et non pas une oeuvre ayant suivi la mode du moment. » :
Notre-Dame de l'Assomption de Cambernon
Depuis sans doute le Ve siècle, la chapelle Notre-Dame de Pitié était lieu de pèlerinage. Devenue église paroissiale, elle prend l'appellation " Notre-Dame de l'Assomption ". La fête patronale de Cambernon rejoint donc celle de la cathédrale de Coutances célébrée le 15 août. A l'intérieur de l'église, une statue de Vierge à l'enfant (XIVe siècle) n'est d'ailleurs pas sans évoquer celle de Coutances qui date de la même époque.
Très tôt, vraisemblablement après le concile d'Ephèse de 431 qui proclame Marie Mère de Dieu (Theotokos), la Vierge Marie est célébrée dans différentes églises chrétiennes orientales et le15 août à Jérusalem. Autour de 594, Grégoire de Tours donne une première formulation théologique de l'Assomption, qui sera développée au VIIe siècle. A la même époque est célébrée à Rome la fête de la Dormition (sommeil) de Marie, qui devient en 770 celle de l'Assomption, définitivement fixée au 15 août. L'Orient continue pour sa part à célébrer le même jour la fête de la Dormition, comme le fait encore l'église orthodoxe.
La doctrine de l'Assomption a été précisée au XIIIe siècle par des théologiens (St Thomas d'Aquin, St Bonaventure…) Au XIXe siècle, dans le courant de piété mariale qui se développe (apparitions, proclamation de l'Immaculée Conception par Pie IX en 1854), la foi populaire se passionne littéralement pour que soit défini officiellement le dogme de l'Assomption. C'est finalement Pie XII qui, le 1er novembre 1950, proclame le dogme de l'Assomption : " Nous proclamons, déclarons et définissons que c'est un dogme divinement révélé que Marie, l'Immaculée Mère de Dieu toujours Vierge, à la fin du cours de sa vie terrestre, a été élevée en âme et en corps à la gloire céleste. "
Telle est, rapidement évoquée, l'origine de la fête de l'Assomption, qui nous ramène à l'église de Cambernon.

M-H Maury
Journal paroissial d'avril 2009

" Dans la représentation qu'il a faite de la vierge Mère, le sculpteur a vraiment exprimé son art provincial... Les traits du visage maternel ont un caractère que l'on découvre encore chez certaines paysannes du Cotentin, et détail curieux, l'Enfant Jésus, à l'air vieillot, possède une ressemblance avec sa Mère. La main qui le porte se présente presque de face et est ornée d'une bague à l'annulaire. De la main droite, la Vierge relève son manteau, tout en tenant un sceptre (brisé maintenant). L'enfant a les bras et le torse nus ; une certaine recherche sculpturale atteste une étude musculaire de son corps ; le châle de la mère couvre la partie inférieure de l'enfant. Sa chevelure est plate et abondante ; de la main gauche, il supporte une colombe, symbole classique de la virginité de Marie ; la main droite, suivant une pose commune, s'appuie sur la poitrine maternelle. (J. Séguin).
Cette statue est inscrite dans la liste des objets mobiliers classés du département de la Manche. - Arrêté du 5-10-23 : statue de pierre polychromée, fin XIVè siècle.
Il y a encore peu de temps, cette belle statue était mise en valeur dans une chapelle avec boiseries, trônant au-dessus d'un autel. Un arrangement de menuiserie l'insérait dans une " voûte céleste " ingénieusement accommodée et éclairée par un oculus. Aujourd'hui, tout ce décor a été enlevé, et la statue paraît bien seule, la patronne de la paroisse plus ou moins reléguée. N'y aurait-il pas moyen de la remettre à l'honneur ?

(Extrait du Bulletin paroissial de 1971)
Recherches effectuées par Mr Claude Leprivey


Photo FLC

Photo JCL
L'origine de cette fête, si nous suivons P. Duprey d'une part, et A. Lemière dans une monographie inédite dans laquelle il dit reprendre ce qu'avance le premier nommé, serait rattachée au souvenir très antique d'un pèlerinage de Notre-Dame de Pitié, vénérée en une chapelle, sise près du château de la Motte, vétuste puis restaurée et transformée en église paroissiale, lors de la fondation de Cambernon. Ubne telle assertion nous pousserait aux environs du Vè siècle, lorsque notre paroisse fit partie du " Doyenné de la Chrétienté". Cette hypothèse mériterait d'être vérifiée, mais hélas ! pour l'instant les preuves manquent.

Nos anciens témoignèrent de leur attachement à la Vierge en représentant ses traits. En 1771, Maistre Robillard, arrivant pour prendre possession de la cure, " trouva un vieux tableau grotesque, peint grossièrement sur des planches ". Nous aurions aimé qu'il ne le détruisît point, et que celui qu'il fît mettre à la place, peint à l'époque, nous soit parvenu… de même, le tableau de l' Assomption dont témoignent les cartes postales de notre église, antérieures à 1920… Ces figurations, dont maintenant on vanterait peut-être la valeur, toutes naïves qu'elles pouvaient se présenter, prêcheraient de la confiance donnée à Marie.


HYMNE à MARIE

(ci-dessous, un texte de prière à Marie qui pourrait correspondre au message de ces vitraux)

   
Mère de Dieu, Ste Vierge des Vierges, Mère des Chrétiens, Mère de la Divine Grâce
Mère Pure, Mère Très Chaste, Mère sans Tache, Mère toujours Vierge
Mère... du Bon Conseil, du Créateur, du Sauveur, Vierge très Prudente
Vierge... Vénérable, Digne de Louanges, Puissante, Pleine de Bonté
Mère Aimable,
Mère Admirable
Vierge Fidèle, Miroir de Justice, Siège de la Sagesse, Cause de notre Joie
Vase Sprituel, Vase d'Honneur, Vase éminent de Piété, Rose Mystique
Tour de David, Tour d'Ivoire, Maison d'Or, Arche d'Alliance
Porte du Ciel, Etoile du Matin, Salut des Infirmes, Refuge des Pécheurs

Reine... des Anges,
des Patriarches, des Prophètes, des Apôtres

Reine... des Martyrs, des Confesseurs, des Vierges, de tous les Saints
 
Consolatrice des Affligés, Secours des Chrétiens
   
Photos Fabien Le Cam

Retour

| Accueil Présentation | Contacter... | Horaires | Services | Plan de Coutances | Le Baptême|
| Au fil des jours...| Documents | Brèves | La cathédrale | Rechercher... | Questions ouvertes | ... en images | Liens |

 
  Presbytère, 1 rue du Puits Notre-Dame 50200 COUTANCES tél. 02 33 45 00 41
courriel :
secretariat.paroisse@orange.fr