NOUVEAU DEPUIS SEPTEMBRE 2003 :
Une fois par mois, l'ACAT vous propose de prendre la lettre intitulée "Appel du Mois", dans la Chapelle des Informations.
Il vous suffit de la signer et de l'envoyer à l'adresse indiquée. Ainsi vous participez à l'Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture.


La lutte contre la torture
est un combat pour la justice

ACAT: Pour beaucoup, ce sigle reste bien obscur. L'action des chrétiens pour l'abolition de la Torture, est-ce tellement plus clair? De quelle torture parlons-nous? Quelles en sont les causes et les victimes? Le rappel de quelques-unes des interventions de l'ACAT en 2003 pourra nous éclairer. En 2003 nous avons écrit:
- en Erythrée, pour 57 jeunes enfermés sans jugement, dans des cellules souterraines pour possession de Bibles.
- en Syrie, pour détention au secret et tortures de Kurdes arrêtés pour avoir exprimé pacifiquement les problèmes de leur communauté...
- au Pakistan, pour un journaliste condamné à mort, sans preuves convaincantes, pour des articles faisant état de la corruption de certains membres du gouvernement.
- en Ouzbékistan, pour un jeune de 17 ans condamné à cinq ans de prison pour participation "présumée" à une bataille.
- au Burundi, pour 18 personnes arrêtées pour conversations téléphoniques avec des membres du conseil de défense de la démocratie.
- en Iran, où 7 femmes ont été condamnées à 50 coups de fouet pour avoir écouté une musique trop forte dans leur voiture pendant le "mois sacré du
Ramadan".
Nous avons protesté contre des détentions au secret, des disparitions, des assassinats, des exécutions extrajudiciaires de militants, défenseurs des droits de l'homme (Burundi, Togo, Inde, Guatemala, Philippines ... ). Nous avons demandé que cessent les harcèlements, la répression, les menaces de mort dont sont victimes des avocats, les membres des associations de défense des droits de t'homme, les syndicalistes et paysans qui luttent pour faire appliquer la loi sur la répartition des terres (Colombie, Togo, Amérique centrale, Brésil, Tunisie ... )
Quelques victimes parmi des centaines d'autres... Ces victimes, nous ne les connaissons pas et, le plus souvent, elles ignorent tout de l'ACAT. Selon les cas, nous demandons pour elles la libération, un procès équitable, les soins qu'exige leur état de santé. Nous demandons qu'elles ne subissent aucun mauvais traitement au cours de leur détention ou lors des interrogatoires. Nous demandons que tous puissent communiquer avec leur famille et voir leur avocat... En fait, nous demandons qu'ils soient traités humainement et que leurs gouvernements respectent la charte des droits de l'homme qu'ils ont signée.
Chrétiens, notre action trouve sa source dans notre foi et s'enracine dans la
prière. Baptisés en Christ, disciples de celui qui fut arrêté, flagellé, tourné en dérision, condamné à mort sur faux témoignage, crucifié, nous prions pour tout homme torturé, en qui nous reconnaissons le visage du crucifié. Disciples de celui qui, sur la croix, pria pour ses bourreaux, nous croyons à la Rédemption de tout homme, nous croyons à la force de l'Esprit qui peut changer les coeurs. Le "bon Larron" ne fut-il pas touché par la grâce? Saint Paul, avant d'être l'ardent apôtre qu'il fut, ne persécutait-il pas les chrétiens? C'est pourquoi nous prions aussi pour les responsables de la torture. Que Dieu ouvre dans tous les coeurs des chemins de repentir, de pardon et de réconciliation.
Conscients que les mauvaises conditions économiques, les inégalités sociales, l'ignorance, favorisent les abus de pouvoir et l'usage de la torture, nous travaillons aux côtés de ceux qui oeuvrent pour un monde plus équitable, plus humain. C'est un combat de longue haleine.
Que l'Esprit nous guide et que partout se lèvent des hommes droits, généreux, courageux et compétents, soucieux de travailler à l'avènement d'un monde plus juste et plus fraternel.

février 2004
Thérèse SIMONNE