"J'avais faim, j'avais soif, j'étais malheureux..."
Continuellement des appels au secours, des demandes d'aides arrivent au siège du Secours Catholique de Coutances par l'intermédiaire des bénévoles du département qui sont sur le "tas".
Chaque semaine, d'autres bénévoles se réunissent pour déterminer la suite à donner à ces appels à l'aide. Ils sont en quelque sorte les mandataires des donateurs qui envoient leurs dons au Secours Catholique. Ils sont également des chrétiens qui reconnaissent le Christ dans tous ces frères qui sont dans le besoin. Ils savent également que partout où il y a l'homme, il y a de "l'hommerie"...
Certains cas sont simples à résoudre, d'autres demandent réflexion et appellent à l'Esprit-Saint. Voici quelques exemples:

- Un jeune homme au chômage, sans ressources, trouve une possibilité d'embauche s'il accepte de faire un stage à 300 km de chez lui. Il nous demande de l'aider à payer son billet de chemin de fer et son mois de loyer...
Nous n'avons pas longtemps à réfléchir pour donner une réponse.

- Une dame vivant d'une maigre pension, demande de l'aider à payer
l'assurance de son logement. L'équipe de bénévoles qui envoie cette demande signale que cette maman a un fils en prison à qui elle envoie chaque mois le quart de sa pension pour qu'il puisse s'acheter de quoi adoucir son séjour (nourriture, tabac, etc.)
Evidemment, si elle réduisait ce qu'elle donne à son fils, elle pourrait payer son assurance. Mais elle est
mère et son fils est également malheureux. Il faut réfléchir...

- Une vieille dame avec de très faibles ressources demande de l'aider à régler différentes factures. Il y a l'électricité qui va être coupée si elle ne paie pas. Mais il y a aussi une facture de croquettes pour son chat.
Si elle n'avait pas de chat, elle aurait peut-être de quoi payer son électricité. Mais cette vieille dame est seule, son chat l'aide probablement à garder le moral. Que faut-il faire?

- Un jeune homme de 21 ans au RMI, a eu un enfant avec sa compagne qui l'a quitté en emmenant leur enfant lorsqu'il a été incarcéré pour quelques mois. Il demande une aide pour régler une facture de l'hôpital pour laquelle il est menacé de saisie par huissier. Il voudrait pouvoir continuer, à sa sortie de prison, à recevoir sa petite fille aux week-ends. C'est un malheureux...

Toutes ces aides, lorsqu'elles sont accordées, permettent aux bénévoles qui sont sur place de revoir ces personnes et de leur apporter une aide fraternelle.

septembre 2007 : L'équipe locale du Secours Catholique a un besoin urgent de bénévoles pour assurer une ½ journée par semaine des permanences d'accueil et pour collaborer au service mobilier le jeudi (une ½ journée). Et pour divers services occasionnels. Contact : Jean-François Gaine 02 33 76 11 ou 06 08 67 36 51
février 2004
Bernard Détourné